Kampala: Reprises des Négociations. Le Gouvernement Congolais ne cesse de dire et de se dédire. Kabila a-il encore quelque droit de regard sur les décisions qui concernent son pays?

Standard

Par Ange Michel Murangwa

L’enfantine attitude affichée par le Président Kabila aux cours de la dernière rencontre d’Oyo (Congo Brazzaville) laisse peu de doutes sur la question. Pendant que ses collègues Kagame, Museveni et Sassou Nguesso se concertaient sur les problèmes du Nord Kivu, Kabila tapotait nerveusement sur sa tablette Androïde. Il trouvait sans doute plus excitant l’Ultimate Soldier Challenge S01E04, le dernier jeu de Nintendo.

Pour d’autres raisons, il doit bien s’amuser à son tour le Général Makenga qui vient d’être révoqué de ses fonctions au sein d’une armée qu’il a expurgé du territoire de Rutchuru (sous contrôle M23 depuis une année). Personne n’a poussé le toupet jusqu ‘ à “l’inviter” à Kinshasa pour répondre de ses actes de rébellion. Tout au contraire, la délégation gouvernementale vient de reprendre la route de Kampala pour harmoniser l’accord final sur les négociations entamées depuis le 9 décembre 2012. Cet exercice est loin de sugger une quelconque reddition du M23.

Il ya à peine cinq jours pourtant, Raymond Tshibanda et Lambert Mende amusaient la galerie en intimant au même M23 l’ordre de cesser d’exister comme mouvement politique et militaire. Avec qui sont-ils sensés harmoniser l’accord final, au jour d’aujourd’hui ? Certes pas vec quelque mouvement « littéraire » dénommé M23.

Le chef de la diplomatie congolaise soulignait avec force que si ce mouvement persistait, « la Brigade d’intervention de la Monusco s’occuperait à mettre fin à son existence ». Comme pour nous dire que la résolution 2098 avait placé cette Brigade sous l’autorité du Gouvernement et de l’Etat-major Congolais. Si c’est là une promesse de la généreuse France, celle-ci chercherait tout simplement à rééditer le coup de la si bien nommée « Opération Chimère ». Ce que l’Intore Premier serait loin d’apprécier.

Un quidam l’a si bien mis. Pendant que la Chirurgienne attitrée, Mushikiwacu, s’apprête à opérer, ses collègues congolais, Raymond Tshibanda et P. Mende s’exhibent fièrement et dangereusement à la ronde avec les bistouris de la hautaine dame de fer. Comme s’il y avait encore au Congo une personne naïve assez pour croire encore en leurs capacités d’influer sur le processus de paix dans la Région des Grands Lacs.

Dans ce processus qu’il a été incapable de mener à terme depuis bientôt vingt ans, il serait grand temps que le Congo se rende à la triste évidence du peu de cas que la Communauté Internationale fait de ses voeux versatiles et recommandations. D’autres se chargent de la tâche et surtout, personne n’entend lui demande ses avis et considerations. Il devra avaler l’amère pilule telle que prescrite par d’autres, de grès, ou alors de force accepter de baisser sa culottes pour recevoir… la dose équivalente, par voie d’ injection. C’est peut-être dans cette perspective que le Conseil de Sécurité s’est adressé à l’Armée Sud-Africaine dont *Laurent Touchard nous dit que 25 % des effectifs est séropositif. Ladsous ne pouvait mieux trouver pour le paradis africain du viol… ”Je crains la France et ses cadeaux”, fut sans doute le dernier mot du vieux Romain Habyarimanus, peu avant l’horocauste Bagosorinis et l’avènement de l’age d’Or (94, ano lacrimae)

Pendant que les maitres du jeu auscultent le Congo en silence et dosent leurs formules sans se départir de leur calme, les politiciens congolais font toujours semblantsd’ignorer la gangrène qui se repend chaque jour d’avantage et ne cessent de crier à une agression extérieure. Les Kata Katanga en haillons n’arretent pas de se manifester dans Lubumbashi. La Région de Bunia est en feu, le Sud Kivu demeure sous la coupe des interahamwe et autres milices. Les Ngbakas encore dans leur version “Seleka” signalent déjà leur fugue guerrière à Zongo dans l’Oubangui… Mais, les gouvernants congolais gardent obstinement les yeux rivés sur les mirages hallucinants qui montent de cratères des volcans du Graben.

Sans rire, le Président de l’Assemblée Provinciale du Nord Kivu dénonçait ce matin le renforcement des troupes du M23. Jules Hakizumwami (un de ces autres congolais qui préfère s’exprimer en Kinyarwanda) jurait par ses ancêtres (à morphologie douteuse), avoir aperçu 2.500 ougandais qui traversaient en plein jour la frontière de Bunagana et se déployaient sur l’axe Rwindi- Kanyabayonga.

Le même halluciné aurait aperçu 1.500 Rwandais qui traversaient furtivement la ville de Goma pour occuper Minova et Karehe dans le Sud Kivu… L’éternel objectif de ces « incorrigibles agresseurs » est bien entendu la prise de Goma, Goma que Makenga pourrait resaisir tout seul et en tout moment, sans besoin aucun de soutien, car il n’aurait même pas à combattre, faute d’adversaire.

La MONUSCO n’a bien entendu rien entendu et rien vu. Elle ne pourrait ni infirmer, ni confirmer l’information. C’était un Vendredi, et ces Indiens étaient en prière.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s