Négationniste du génocide des Tutsi du Rwanda dans des universités belges

Standard

Par Romain Gras

Soixante chercheurs, journalistes et historiens spécialistes du Rwanda ont adressé une lettre ouverte aux rectorats de quatre universités belges pour protester contre l’intervention de la journaliste canadienne Judi Rever à une série de conférences entre le 9 et le 12 octobre. Auteure du livre « In Praise of Blood », dans lequel la journaliste insinue la thèse controversée du double génocide, Judi Rever est accusée de négationnisme.

Les signataires de la lettre ouverte se disent « choqués que de grandes universités européennes aient choisi de donner une plateforme à l’auteure d’un livre qui diffuse les arguments utilisés dans une campagne de négation de 25 ans sans fournir le genre de débat que cette question nécessite ».

Dans ce courrier adressé aux recteurs de l’Université catholique de Louvain, de l’Université d’Anvers et de la VUB de Bruxelles ainsi qu’au directeur dʼArtevelde Hogeschool de Gand, qui accueillent ces conférences, les signataires accusent ces établissements d’offrir une plateforme, sans « débat contradictoire digne de ce nom », à Judi Rever, une journaliste canadienne explicitement accusée d’être une « négationniste du génocide de 1994 contre les Tutsi du Rwanda ».

Parmi les soutiens de ce courrier on retrouve certains des principaux spécialistes de la question, comme les historiens Stéphane Audoin Rouzeau et Hélène Dumas, le journaliste Jean-François Dupaquier mais aussi le général canadien Roméo Dallaire, commandant de la Minuar – la mission de maintien de la paix onusienne au Rwanda pendant le génocide.

Banaliser le génocide des Tutsi

Judi Rever est l’auteur du livre In Praise of Blood (Penguin Random House Canada, 2018), qui se présente comme une enquête dans laquelle elle accuse notamment le Front patriotique rwandais (la rébellion de Paul Kagame qui a mis fin au génocide en juillet 1994) d’avoir infiltré les milices hutu Interahamwe et d’avoir participé directement au massacre des Tutsi. L’ouvrage se fonde notamment sur un rapport confidentiel du Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR), qui n’est pas reproduit dans son livre. Sur la base de ces éléments et de témoignages, elle soutient la thèse controversée d’un double génocide qui aurait entraîné la mort de près de 500 000 victimes hutu.

À LIRE Rwanda : « Le discours négationniste consiste à occulter la construction, pendant des décennies, d’un “ennemi tutsi” »

La thèse n’est pas nouvelle et consiste à opposer au génocide des Tutsi du Rwanda, unanimement reconnu par la communauté internationale et scientifique, un second génocide, commis contre les Hutu. Une théorie « qui se répand depuis de nombreuses années dans la propagande des génocidaires et de leurs partisans », écrivent les signataires, et qui, selon de nombreux spécialistes du sujet, a pour finalité de nier au génocide des Tutsi sa spécificité et, au-delà, sa préparation antérieure au début de la guerre, en octobre 1990.

« Ce à quoi on a à faire n’est pas une négation du génocide au sens propre. Le discours de Judi Rever consiste à banaliser le génocide des Tutsi en argumentant sur l’existence d’un autre génocide, que les nombreux travaux sur le sujet n’ont pourtant jamais établi. Cette façon de diluer le génocide des Tutsi dans un ensemble plus large constitue un premier degré de négation, plus subtile », explique Yann Gwet, essayiste camerounais, signataire de la lettre, qui vit et travaille au Rwanda.

Absence de contradiction

C’est Peter Verlinden, journaliste à la chaîne flamande VRT, qui est l’instigateur de cette série de conférences. Proche Judi Rever, il est aussi l’auteur de la préface de la traduction en néerlandais du livre de la journaliste canadienne. Selon lui, « dans la mesure où Judi Rever reconnaît le génocide des Tutsi dès les premières pages, il est difficile de la qualifier de négationniste ». Verlinden, qui joue le rôle de modérateur lors des quatre conférences dans lesquelles celle-ci est invitée à intervenir, se défend toutefois de l’accusation, relayée dans la lettre ouverte, selon laquelle aucun débat contradictoire n’aurait été envisagé.

Le journaliste belge maintient que la contradiction est assurée, « à un niveau académique », par la présence d’un professeur de chacune des universités où se tiennent les conférences. Un argument qui ne convainc qu’à moitié puisqu’aucun des professeurs en question n’est un spécialiste de l’histoire du Rwanda ni du génocide des Tutsi. « Nous n’avons pas souhaité polariser le débat à un niveau journalistique », se défend-t-il. « C’est une question sur laquelle les chercheurs ont le droit de se pencher. »

« Nous avons souhaité organisé ce cycle de conférences sous l’angle de la liberté académique », abonde le professeur Stephan Parmentier, juriste et sociologue, qui participait avec Judi Rever à la conférence organisée à Louvain le 9 octobre. « Cela revient à conférer une forme de caution universitaire à ces travaux, or le milieu universitaire ne peut pas se permettre de se montrer aussi léger sur un pareil sujet », conteste le Français François Robinet, maître de conférences en histoire contemporaine, également signataire de la lettre ouverte.

Selon Yann Gwet, « l’argument de la liberté académique peut se défendre d’un point de vue théorique. Mais dans la pratique, il faut prendre en compte le contexte de chaque situation. Pour le Rwanda, il ne s’agit pas seulement d’histoire mais aussi du présent : des génocidaires sont toujours en fuite, et dans le pays on découvre encore des fosses communes. »

Pas de traduction en français

Ce n’est pas la première fois que cet ouvrage sulfureux, déjà publié en anglais et en néerlandais, provoque une levée de bouclier au sein de la communauté des spécialistes du Rwanda. Un temps envisagée, la publication d’une traduction en français aux éditions Fayard a finalement été abonnée après plusieurs semaines de polémique. « En réfléchissant sur le débat d’hier, et sur les réactions qui l’ont précédé et suivi, on peut se demander si nous n’aurions pas dû impliquer une personne affichant des positions clairement opposées à celle de Judi Rever, admet Stephan Parmentier. Si nous venions à réitérer l’expérience, ça ne serait pas une mauvaise idée. Mais le débat reste essentiel, et il a eu lieu », conclut-il.

Un argument que conteste François Robinet : « Le problème, c’est que ce livre occulte les travaux réalisés jusque-là sur le génocide des Tutsi. Pire, il attaque ce qu’il présente comme une « version officielle » sans produire le moindre document. Judi Rever conteste des recherches qui s’appuient sur des éléments factuels concrets sans rien proposer en retour. Il n’est pas possible de débattre autour d’un tel livre ».

Source

Liste des soutiens:

  1. Guillaume Ancel, Lieutenant-colonel (R) operation Turquoise veteran. Writer of ‘Rwanda, la fin du silence’. Direct witness of the genocide against Tutsi. .
  2. Stéphane Audoin-Rouzeau, historien, directeur d’études à l’EHESS, CESPRA
  3. Philippe Basabose, Associate professor (Memorial University of Newfoundland, Canada)
  4. Richard M. Benda, Tutor & Research Fellow, Luther King House Open College
  5. Emmanuel Cattier, Commission d ‘enquête citoyenne http://cec.rwanda.free.fr/
  6. Bruce Clarke, Visual artist, author of memorial works in Rwanda
  7. General Roméo Dallaire, Force Commander, UNAMIR
  8. Alain David, Philosophe, ancien directeur de programme au Collège international de
    Bureau national de la Licra
  9. Patrick de Saint-Exupéry, Author and journalist
  10. Alain Destexhe, Sénateur honoraire et Initiateur de la Commission Rwanda
  11. Boubacar Boris Diop, Professor at the American University of Nigeria in Yola. Author of  » Murambi, the book of bones »
  12. Phillip Drew, CD, Associate Professor at Australian National University College of Law, Force Intelligence Officer UNAMIR
  13. Hélène Dumas, historian, (CNRS, France)
  14. Jean-François Dupaquier, Journalist, writer
  15. Philibert Gakwenzire, Docteur en Histoire
  16. Jean-Damascène Gasanabo, Director General, Research and Documentation Center on
    Genocide, CNLG
  17. Marie-ChrisMne Gasingirwa, Analyst for the Higher Education Council of Rwanda
  18. Alain Gauthier, président du CPCR en France, Collectif des Parties Civiles pour le Rwanda
  19. Catherine Gilbert, Research Fellow, Ghent University. Author of From Surviving to Living: Voice, Trauma and Witness in Rwandan Women’s Writing.
  20. Richard Gisagara, Avocat, Membre de la Communauté Rwandaise de France, auteur de l’action judiciaire ayant aboutit à la pénalisation en France de la négation du génocide commis contre les Tutsis.
  21. Aymeric Givord, Member of the association Ibuka France
  22. Bruno Gouteux, Publisher, Izuba édition & La Nuit Rwandaise
  23. François Graner, researcher, member of Survie association, author of « Le sabre et la machete – officiers français et génocide tutsi »
  24. Peter Greaves, Former UNICEF staff member
  25. Yann Gwet, Journalist and Author
  26. Helen Hintjens, Assistant Professor in Development and Social Justice, International
    Institute of Social Studies (ISS) The Hague
  27. Nicki HitchcoS, University of St Andrews
  28. Grégoire Jakhian, Avocat
  29. Richard G. Johnson, U.S. Foreign Service Officer, retired
  30. Marcel Kabanda, Historien, co-auteurs d’ouvrages, « Rwanda, médias du génocide » et
    « Rwanda, racisme et génocide », Expert du TPIR dans le procès des médias
  31. Aurélia Kalisky, Researcher at the Leibniz-Zentrum für Literatur- und Kulturforschung, Berlin
  32. Jean-Marie Vianney Kayishema, Professor of Drama and Literature, University of
    Rwanda. Playwright and member of the Rwanda Academy of Language and Culture.
  33. Joël Kotek, Professeur à l’ULB, spécialiste des genocides
  34. Koulsy Lamko, Chadian writer living in Mexico, author of « La Phalène des collines »
  35. Jean-Pierre Martin, Journaliste/Grand-reporter
  36. Linda Melvern, Linda Melvern, British Investigative journalist. Author: A People Betrayed and Conspiracy to Murder
  37. Roland Moerland, Assistant professor in Supranational and Organizational Criminology,
    Department of Criminal Law and Criminology Maastricht University, The Netherlands
  38. Allan Moore, Programme Leader – Criminal Justice, University of the West of Scotland. Member of the Internatitional Association of Genocide Scholars.
  39. Charles Mulinda Kabwete, PhD, Associate Professor at the University of Rwanda, Department of History and Heritage Studies
  40. Emmanuel Nsengiyumva, Principal (Rector) Indangaburezi College of Education Ruhango
  41. Eugène Nshimiyimana, Associate professor, McMaster University, Canada
    ChristnePrioSo, Maire de la ville de Dieulefi
  42. François Robinet, Historien – Université de Versailles-Saint-Quentin / Paris-Saclay
  43. Anna C. Roosevelt, Professor of Anthropology, University of Illinois at Chicago.
  44. Jean-Marie Vianney Rurangwa, Writer, dramatist and poet, PhD candidate in sociology,
    University of Ottawa, Canada
  45. David Russel, UK Coordinator, Survivors Fund (SURF)
  46. Olivia U. Rutazibwa, Senior lecturer, University of Portsmouth
  47. Jonathan Salt, Managing Director of Ojemba Education
  48. Jean-Philippe Schreiber, Professor at the Université Libre de Bruxelles, Directeur de recherches du FNRS, Centre interdisciplinaire d’Etude des Religions et de la Laïcité (CIERL)
  49. Josias Semujanga, Professor of African literature and literary theories at the University of Montreal (Cana. His publications include Narrating Itsembabwoko. When literature becomes Testimony of Genocide (2019), Origins of the Rwandan Genocide (200ti), and Récits fondateurs du drame rwandais (1998).
  50. Serigne Seye, Maïtre de conférence assimilé à l’université Cheikh Anta Diop de Dakar
  51. David J. Simon, Director, Genocide Studies Program, Yale University
  52. Yves Ternon, Historien
  53. Laetitia Tran Ngoc, Chercheuse indépendante
  54. Aimable Twagilimana, Buffalo Sate, New York, USA
  55. Emeline Uwizeyimana, Chercheure à l’ULB
  56. Jos van Oijen, Researcher
  57. Julia Viebach, Departmental Lecturer | African Studies Centre | School of Global and Area Studies | University of Oxford
  58. Collectif belge pour lta prévention des crimes de génocide et contre les négationnismes –
    Belgisch Collectief ter prevene (of voorkoming) van genocide en tegen het negationisme.

Association des Arméniens démocrates de Belgique:

Centre Communautaire Laïc Juif David Susskind

Centre pour la Prévention des Crimes contre l’Humanité

Comité des Arméniens de Belgique

Fédération Assyrienne de Belgique

Fédération des Araméens de Belgique

Groupe de Soutien aux Parties Civiles (Belgique)

Izuba

Ibuka Mémoire & Justice

Association associée aux campagnes du Collectif:

Comité de Coordination des Organisations Juives de Belgique (CCOJB)

 

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s